Alternatives (solutions)

Interview avec Mme Claude Gaubert, travaillant chez les laboratoires Boiron ( un laboratoire pharmaceutique )

     Nous sommes allés, tous les trois, rencontrer Mme Gaubert à son domicile, rue de chézy à Rennes. Celle-ci nous a accueillis chaleureusement et a répondu à nos questions avec une grande gentillesse. Elle nous a parlé des différentes alternatives pouvant remplacer les médicaments à base de pétrole. Voici une synthèse, pouvant être considérée comme une introduction, de ce qu'elle nous a appris à ce sujet; c'est une synthèse très concise car Mme Gaubert n'a pas eu beaucoup de temps à nous consacrer. Puis les différentes alternatives seront développées par la suite.www-bgsu-edu.jpg

 Alternatives :

 -La phytothérapie : c'est-à-dire la médecine par les plantes;

 -Les huiles essentielles : sont à inhaler par mouchoir, elles sont aussi issues de plantes. C'est un mélange de produits contre le rhume par exemple. Les huiles essentielles sont plutôt utiles pour les maladies de tous les jours;

 -La gemmothérapie : à base de bourgeons, extraits de plantes fraiches, peuvent faire baisser la tension;

 -L'homéopathie : soigner par le mal; développe le système immunitaire par mise en place d'une maladie à petite dose afin de développer les défenses naturelles.

 -Soigner son alimentation : manger sain, sans pesticide, pas de métaux lourds comme le mercure dans le poisson, parfois, si on change d'alimentation, on peut facilement améliorer sa santé, éviter la contamination par l'alimentation. Une bonne alimentation permet aussi de réduire le cholestérol comme le riz rouge. Dans la Seine on trouve beaucoup de déchets plastiques, les poissons changent de sexe, malformations.. cela n'est pas bon ensuite lorsque l'on en mange.

Cependant Mme Gaubert nous a effectivement précisé que la médecine douce ne permet pas de lutter contre le cancer ou autres maladies graves .

Madame Gaubert a aussi parlé d'un livre de Bernard Debré qui traite des médicaments inutiles. En effet il faudrait réduire le nombre de médicaments inutiles afin de laisser le reste du pétrole pour les médicaments utiles comme ceux pour les maux de ventre par exemple.

Nous tenons à remercier Madame Gaubert qui nous à chaleureusement accueillis à son domicile et nous en sommes très reconnaissants car celle-ci nous a orientés dans nos recherches concernant les alternatives.

Médecine douce, autres méthodes thérapeutiques

 Si le pétrole vient effectivement à manquer pour la fabrication des médicaments, il y aura d'autres moyens de se soigner qui sont de très intéressantes alternatives ! En voici quelques unes :

La phytothérapie:

 La phytothérapie désigne éthymologiquement "soigner par les plantes". Cette pratique date de plusieurs millénaires. Elle consiste à extraire la substance active pour en étudier les effets curatifs et préventifs. Il y a 2 types de pratique :

- Traditionnelle : visée explicitement thérapeutique, parfois très ancienne basée sur l'utilisation des plantes selon leurs effets. Cependant, c'est considéré comme une médecine non conventionnelle car aucune étude clinique n'a été réalisée. En phytothérapie traditionnelle, les plantes peuvent être utilisées fraîches ou, beaucoup plus fréquemment sèches. C'est en général une partie bien précise de la plante qui est employée : racine, feuille, fleurs, etc... L'herboristerie est associée a cette pratique.

- Scientifique : repose sur la recherche scientifique des extraits actifs de plantes et cela débouche sur la fabrication de médicaments pharmaceutiques ou de phytomédicaments. Des techniques récentes permettent de fabriquer des formes plus modernes comme la géllule ou la poudre.

habillage-phytotherapie-3.jpg

L'aromathérapie:

  L'aromathérapie est une "branche" de la phytothérapie, elle se base sur les essences aromatiques de plantes appelées plus couramment les huiles essentielles. Celles-ci peuvent être administrées selon 3 types de voie :

 - Voie interne : les huiles essentielles étant irritantes pour les muqueuses, elles sont le plus souvent mélangées avec des huiles végétales, du miel ou encore du yaourt ou peuvent être administrées sous forme de capsule ou de suppositoire.

 - Voie externe lors d'un massage par exemple où les essences sont mélangées avec des huiles de massage.

 - Voie aérienne, les huiles essentielles étant très volatiles, elles se diffusent dans l'air ambiant et sont ingérées par voies respiratoires.

Huile essentielle Les huiles essentielles sont des substances odorantes volatiles, c’est-à-dire qu’elles s’évaporent à une température plutôt basse. Bien qu’appelée huile, elle ne contient aucun corps gras et ne laissera aucune trace, si l’on pose une goutte sur une feuille de papier alors qu’une huile en laissera une. Les huiles essentielles ne sont pas utilisées que pour leurs effets thérapeutiques mais aussi pour les parfums ou la cuisine. Cependant il existe des centaines de milliers d’espèces végétales différentes et seulement 4000 contiennent des essences aromatiques et 100 au final vont en contenir suffisamment pour les extraire. La concentration dans les plantes est en général faible, aux alentours de 1 à 2% voire moins, mais il y a des exceptions comme le clou de girofle avec 15% d'huile essentielle ou la noix de muscade, 5-15%.

 On peut extraire ces huiles selon plusieurs modes d’extractions, le plus souvent par distillation : les plantes sont broyées avec de l’eau puis chauffées, on obtient alors un distillat composé d’eau et d’huile essentielle de la plante et il est très facile d’obtenir ensuite l’huile en question puisqu’elle n’est pas soluble dans l’eau. Un autre mode d'extraction est le pressage, en effet la plante en question est pressée, cette technique est utilisée principalement pour les zestes de fruits comme le citron, l’orange ou bien le pamplemousse. On peut aussi les obtenir par extraction à l’aide d’un solvant.

 Les huiles essentielles sont regroupées par famille biochimique en fonction de leurs propriétés similaires : il y a les alcools, les phénols, les éthers, les cétones, etc.. Les différentes huiles essentielles peuvent avoir des propriétés antibactériennes, antivirales, anti-inflammatoires, anticoagulantes ou encore hypotensives, mais ce n’est pas tout, il y a énormément d’actions possibles par ces essences.vibration-d-une-huile-essentielle.jpg

 L’aromathérapie est en train de se développer et pourrait dans plusieurs dizaines d’années devenir un réflexe face à la maladie. Cependant elle ne permettra jamais de soigner les graves maladies tel que le cancer.

La gemmothérapie:

 La gemmothérapie est en quelque sorte la médecine par les bourgeons, mais pas seulement. On utilise les tissus embryonnaires des plantes, c'est à dire les bourgeons, les jeunes pousses et les radicelles qui sont les plus petites racines de la plante. Ces embryons sont alors macérés dans un mélange d'eau, d'alcool et de glycérine où se concentrent les principes actifs de la plante appelés macérat glycériné. En effet on considère que l'embryon contient plus de substance active car ses tissus embryonnaires sont constitués de toute l'information génétique de la future plante, ils sont donc plus riches que les autres tissus et ils auraient plus de vertus thérapeutiques que la feuille, les branches ou les racines. Etant à la base, il serait le regroupement de tout. On aurait donc un champ d'actions thérapeutiques plus vaste que chaque partie de la plante isolée.

Cependant cette médecine est non conventionnelle et son efficacité n'a pas été scientifiquement prouvée.C'est pourquoi aujourd'hui, on ne pourrrait utiliser cette pratique à grande échelle, mais peut être que dans plusieurs années elle sera reconnue et alors pratiquée abondamment.

L'homéopathie:

 L’homéopathie consiste à administrer une dose infinitésimale, c’est-à-dire très petite d’une substance qui rend malade le patient, ce qui permet de combattre cette substance. En effet c’est ce que l’on appelle la loi de similitude : toute substance, capable de provoquer chez un homme sain, des troubles, peut à très faible dose faire disparaître ces mêmes troubles chez un homme malade. Et c’est le principe même de l’homéopathie.

On peut utiliser l’homéopathie lorsque l’on connaît une substance qui a les mêmes effets qu’une maladie observée chez un patient et si le patient a encore la capacité de réagir.

On ne sait pas encore comment cela fonctionne réellement à l’intérieur de notre corps, cependant on peut émettre l’hypothèse que ces doses infimes permettent a l’organisme de mieux se défendre contre la maladie en créant des anti-corps.

Les médicaments homéopathiques peuvent provenir des plantes (aconit, arnica…) tout comme des minéraux (le sel marin, le souffre…) ou des animaux (abeille est utilisée entièrement pour fabriquer l’apis mallifica qui a des vertus anti-inflammatoires et antiallergiques, sinon on utilise aussi le venin de serpent qui sert à la fabrication du lachesis mutus).

Lachesis mutus est connu en homéopathie pour soigner les personnes qui souffrent d’hémorragies et les hématomes grâce à ses propriétés coagulantes sur le sang. En regardant cette vidéo, vous comprendrez mieux pourquoi !

Pour obtenir un médicament homéopathique il faut d'abord diluer la substance, il y a trois dilutions : la dilution haute, moyenne et basse utilisées respectivement pour des troubles du comportement général, des symptômes généraux ou bien des signes locaux. Ensuite deux formes sont particulières à l'homéopathie :

 -Les granules utilisées le plus souvent pour les dilutions basses et moyennes, elles sont sous la forme de petites boules de sucre contenant la substance active et regroupées dans des tubes d'environ 80 granules.

 -Les doses sont, elles, de toute petites boules de sucre contenant aussi la substance active, utilisée pour les dilutions hautes, ces doses sont regroupées par 200 environ dans des tubes.homeopathie-1.jpg

 Voici quelques exemples de médicaments homéopathiques :

 -L'allium cepa obtenu à partir de l'oignon qui influe sur les saignements nasaux.

 -L'appis mellifica obtenu à partir d'abeilles et qui permet de soigner les oedèmes et les piqûres d'insectes.

 -La drosera rotundifolia obtenu à partir de la plante drosera qui agit sur les toux douloureuses.

 -L'ipeca obtenu à partir de l'ipeca qui permet de soigner les bronchites.

 -etc...

 L'homéopathie étant peu chère et efficace, elle représente une alternative thérapeutique très intéressante.

 

L'effet placebo:

 L’effet placebo peut aussi être une alternative. En effet, plusieurs expériences menées à grande échelle ont prouvé que des personnes qui souffraient de symptômes particuliers, à qui l’on administrait un médicament placebo, c’est-à-dire sans aucune substance active, guérissaient de ces symptômes, car ils croyaient que le médicament absorbé était un vrai médicament contenant une substance active. Il y aurait donc un phénomène psychologique qui permettrait au corps de guérir. Et ce phénomène a récemment été expliqué grâce à une expérience réalisée par des neurologues de l'université du Michigan. Une zone du cerveau est très active lorsque les personnes prennent des médicaments placebo, dont ils sont convaincus de leur efficacité. Cette zone est appelée le noyeau accubens et son activité est accompagnée de sécretion de dopamine qui est un neurotransmetteur utilisé dans le système de récompense. La dopamine contribue à l'effet de plaisir comme par exemple lorsque l'on mange quelque chose que l'on apprécie ou lorsque le fumeur apporte sa dose de nicotine à son corps. On peut donc dire que la dopamine contribue aussi à soigner des douleurs par exemple si le patient est convaincu qu'un placebo est un anti-douleur alors qu'il n'y a aucune suimagescaq2prtk.jpgbstance active.placebo-230707-1.jpg

Cliquez sur les images pour une meilleure qualité.

                                                                          

 

 

 

 

L'effet placebo n'est jusqu'alors pas utilisé en médecine conventionelle, mais il pourrait contribuer à réduire le nombre de médicaments produits, par conséquent limiter les conséquences de la fin du pétrole. On ferait croire au patient qu'une simple gellule sans aucune substance est un médicament. Cependant cette méthode a ses limites, car il n'est pas possible de soigner à grande échelle toutes les personnes (l'effet placebo ne fonctionnera pas sur tous les malades),de plus il ne pourra certainement pas soigner les maladies graves.

 

Une hygiène alimentaire:

 Enfin, une bonne alimentation permet une bonne santé. On nous le rappelle souvent dans les publicités à la télévision, avec des avertissements tels que "Ne pas manger trop gras, trop sucré, trop salé !" ou encore "Mangez au moins 5 fruits et légumes par jour !". Les aliments que nous ingérons, influent forcément sur notre organisme, ils peuvent nous apporter trop de quelque chose ou pas assez d'une autre si l'on ne mange pas sain.

  L'un des premiers effets d'une mauvaise alimentation est la prise de poids. Certaines personnes vont génétiquement être en surpoids, mais pour d'autres c'est le fruit d'une alimentation trop grasse. En effet,certaines personnes mangent trop de matières grasses telles que le beurre, les huiles ou des aliments gras comme les hamburger dans les fast-food et les viennoiseries. Ces personnes vont alors stocker des miliards d'adypocites en trop. Ces adypocites constituent les "bourrelets" et la personne va alors prendre du poids. Les conséquences d'un surpoids voire d'une obésité peuvent être graves : homme-gros.jpg

 -Diabète;

 -Maladies cardio vasculaires;

 -Hypertension;

 -Troubles respiratoires;

 -Arthrite;

 -Certains cancers.

 Ensuite,  même sans prendre de poids, certaines maladies peuvent survenir, comme le cholestérol. C'est pourquoi il faut avoir une alimentation saine, sans forcément se priver mais en mangeant différents produits bons pour la santé comme les légumes, tout en se faisant plaisir de temps en temps. En effet en mangeant correctement, on évite certaines maladies et on consommera alors moins de médicaments ce qui réduira l'utilisation du pétrole dans la pharmacopée.

Bilan:

 Après avoir décrit ces différentes alternatives, on peut voir en elles une solution qui réduirait l'effet de la fin du pétrole dans la pharmacopée mais ces alternatives doivent clairement se développer, si on veut pouvoir les utiliser comme les médicaments aujourd'hui. En effet au yeux des gens, les médecines douces sont des médecines étranges qui n'ont aucun effet sur le corps, hormis peut être un effet psychologique pour ceux qui y croient. C'est pourquoi il faut faire une campagne pour prouver les effets thérapeutiques de ces méthodes pour qu'elles soient utilisées de plus en plus. En outre, ces méthodes ne sont pas efficaces contre les maladies graves et ne pourront pas remplacer les médicaments qui peuvent soigner des maladies comme le cancer.

Commentaires (1)

1. Gullaume 06/02/2013

Je fais un tpe sur le meme sujet et cela m'aide beaucoup je vous en remercie votre site est super bien expliquer! :)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site